ART-TRAIT-DESIGN est membre actif de La Maison Passive France

Architecte maisons Basse Consommation et passives

Architecture Organique, Architecture Solaire

La vie organique sur terre nait, croit et meurt en relation étroite avec les cycles des astres qui nous gouvernent.
C’est de cette évidence que l’homme moderne s’est coupé aujourd’hui, n’ayant plus la possibilité de percevoir la course du soleil le jour et l’immense richesse de la voute celeste la nuit.
Toutes les architectures sacrées ont été des architectures à la fois solaires et chtoniennes, depuis la plus simple pierre dressée jusqu’à Notre Dame de Paris. Ce sont bien les mêmes flux nourriciers venus du cosmos et des profondeurs de la terre qui éveillent, animent un temps puis délaissent le granit, le tournesol, l’animal, l’être humain et les civilisations. Tant que n’existaient pas la lumière électrique et le chauffage central, l’habitat humain s’est toujours inscrit dans cette loi naturelle. Ainsi, toute architecture sensible à la Nature, toute architecture organique, est une architecture nécessairement solaire.
S’exposer au soleil, c’est en recevoir passivement les bienfaits jusqu’à ce qu’il devienne brulant, nécessitant alors de s’en protéger.

Cette architecture semble simple, évidente, car totalement, organiquement en harmonie avec sa raison d’être : la course du soleil.

En 1943, Frank Lloyd Wright réalisait la « Jacobs house II », plus connue sous le nom de « Solar Hemicycle ».


Cette maison extraordinaire, comme l’est chaque oeuvre Wrightienne, développe dés cette époque tous les principes architecturaux d’une véritable architecture solaire : un hémicycle ouvert se déloppant suivant la course de l’astre, et semi-enterré au nord. Tout y est déjà, hormis bien évidemment la technologie moderne.
Ce principe était  ensuite repris et développé dans la « Curtis Meyer House » en 1948.

De l’architecture solaire passive à la maison passive

Par usage, une maison est dite passive dans la mesure où l’énergie utilisée pour chauffer la maison est réduite à son minimum, l’apport en calories étant assuré essentiellement par le rayonnement solaire à travers l’ensemble des vitrages de la maison, phénomène auquel s’ajoute la chaleur produite dans la maison par le rayonnement calorique des différents appareils et être vivants qui s’y trouvent.

Les trois Vertus de la maison passive :

  1. L’isolation
    Ce concept nécessite par conséquent une excellente qualité d’isolation de manière à diminuer les déperditions au maximum. Les apports énergétiques complémentaires seront, dés lors, et dans la même logique, préférentiellement assurés par des sources d’énergie renouvelable (capteurs solaires, puit canadien, éolienne, géothermie etc…).
    On voit dans cette approche que, à l’exception de l’exploitation des surfaces vitrées convenablement exposées, l’on rejoint la maison paysanne traditionnelle, une maison de pierre ou de bois, isolée en plafond par la paille et le grain dont est rempli le grenier. Un espace convivial que la famille et les animaux familiers se partageaient en se serrant le soir à la veillée autour du foyer central.


Aujourd’hui, la maison passive a à sa disposition des matériaux qui lui permettent d’obtenir une enveloppe performante, minimisant les ponts thermiques. Il faut pour cela que le matériau d’enveloppe assure une continuité d’isolation sans faille à la construction. Ces matériaux, nous les employons pour certains depuis près de vingt cinq ans dans nos constructions. Ce sont essentiellement :

 

  • le béton cellulaire (Thermopierre)
  • la brique Monomur de 37,5 cm
  • l’ossature bois et le bois massif
  • la ouate de cellulose
  • la fibre de bois
  • le chanvre
  • le vitrage à très basse émissivité
  • le triple vitrage
  • la distribution électrique sous câbles blindés de manière à réduire les champs électriques

Dans un certain nombre de réalisations Art-Trait-Design le principe constructif est mixte, alliant une structure bois à une enveloppe en béton cellulaire ou brique monomur, par exemple. Les maisons bois intégrales peuvent également allier différentes techniques : poteau-poutre / ossature bois ou bois massif.

  1. La ventilation
    Une maison très bien isolée doit être correctement ventilée:
    Il existe aujourd’hui des systèmes de ventilation double flux à récupération de chaleur permettant à la fois le recyclage de l’air réchauffé et le maintien d’une atmosphère saine et agréable dans la maison.
  2. L’étanchéité à l’air
    Le troisième paramètre important est l’étanchéïté à l’air : en effet, si des « fuites » d’air persistent dans l’enveloppe du bâtiment, ni l’isolation ni la ventilation n’assureront leur rôle à 100%.
    L’optimisation de ces critères nous amènent tout naturellement à des maisons passives très performantes : ce sont les notions de « maison à énergie zéro », puis de « maison à énergie positive » où la maison produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme, par l’emploi de panneaux photovoltaïques par exemple.