Une véritable Architecture de l'Environnement ne peut être qu'organique

Architecture Organique

La première qualité d’une architecture est de faire naître un sentiment de bien être dans l’espace.

L’espace n’existe pas en dehors de nous. Il est le lien universel de la vie organique, entre l’homme, les êtres et l’univers tout entier.

Notre bien être dans l’Espace est lié directement à notre capacité de ressentir et d’équilibrer les éléments de l’Espace par cette seconde peau qu’est l’Architecture.

L’Architecture qui tend à rétablir le lien entre l’Homme et la Nature, entre le bâtiment et le Site, à partir d’une démarche essentiellement sensible a été nommée «Architecture Organique» par ses précurseurs.

Levin House – Frank Lloyd Wright Architect

Aujourd’hui, toute bâtiment, maisons individuelle ou équipement collectif, doit contenter les selon le degré d’exigence de la maîtrise d’ouvrage les facteurs suivants:

  • Démarche HQE
  • Conception bioclimatique RT 2012
  • Labellisations (Effinergie, Effinature, PEFC etc…)
  • Traitement de l’eau etc…

Il s’agit ainsi de réaliser des bâtiments performants en termes de bioclimatisme, d’économie d’énergie et d’habitat sain. A ces critères écologiques techniques très actuels, et pour une part règlementaires, visant au bioclimatisme, aux économies d’énergie et à l’emploi de matériaux sains et performants, Art-Trait-Design propose une plus value écologique réelle en s’inscrivant dans une démarche plus globale et sensible apportant une dimension indispensable à l’être humain : La démarche organique, dont la finalité est l’harmonie vivante entre le Site et l’Architecture que celui-ci contient en germe.

La démarche Organique

L’architecture Organique implique les notions de continuité et de fluidité de l’Espace ainsi que la notion d’appartenance réciproque entre le Site et le Bâtiment, clef de sa finalité, à savoir l’intégration véritable au site et à l’environnement.

La notion d’intégration au site, loin d’être une notion de camouflage, implique au contraire l’Exaltation du site, c’est à dire la mise en exergue de ses principes directeurs par l’Architecture. La conception Organique en architecture consiste en tout premier lieu à ressentir de manière objective – et par conséquent connaître – le site de manière holistique, dans l’ensemble de ses composantes puis à en exprimer graphiquement le Principe ainsi que la mise en forme de l’ensemble des fonctions organiques en interaction sur le site. On déterminera ainsi graphiquement par une Etude de Site les différentes échelles d’intervention, les seuils, les éléments et les qualités, les centres, les espaces en expansion, en tension ou en contraction, les lieux relevant de la verticale ou de l’ horizontale, les ambiances, les relations Ciel / Terre, Esprit / Matière, etc… Cette approche toute particulière de l’Espace met en évidence un Mouvement et une Energie, Essence même de l’architecture qui en résulte.

Il en émane une profondeur et une résonance entre l’Humain et la Nature qui donnent une dimension supplémentaire aux espaces créés.

Cette quatrième dimension véritable différencie le Volume à trois dimensions de l’Espace à quatre dimensions au sens où l’entendent les organiciens et que dominaient les anciens.

Chacun peut ainsi faire l’expérience de rentrer dans une cathédrale et de ressentir qu’il y a « plus d’Espace » à l’intérieur qu’à l’extérieur. L’Architecture « gothique » – en fait goatique , la cathédrale étant l’Arche des Argonautes, ceux qui pratiquent l’Argot qui est la langue des initiés et des Alchimistes, est par nature et par définition organique. Les qualités énergétiques propres au lieu peuvent ainsi être mise au service des personnes qui vont y vivre et sont immédiatement ressenties de façon positive sous forme d’un bien-être intérieur. Notre démarche inclut un travail de compensation, d’accentuation ou plus simplement d’harmonisation entre le lieu, ses énergies et l’architecture qui va s’y développer pour la réalisation d’espaces de vie en parfait équilibre avec la nature. Le graphisme directeur auquel on aboutit est de ce fait obligatoirement vrai et juste, car fruit d’un ressenti universel et nécessaire à toute vie équilibrée, il passe par notre centre émotionnel et non plus par notre intellect. Il est donc ressenti de façon universelle par tous les êtres humains. Si la démarche organique nécessite à son concepteur des années d’expérience, elle offre en contrepartie la possibilité d’un partage immédiat avec des gens de culture, de niveau social et d’âges totalement différents, le ressenti et l’émotion étant communs à tous les êtres humains quelle que soit leur appartenance. Ainsi, un bâtiment, un hameau, une ville, conçus organiquement, nés du site dont ils incarnent le principe et l’essence même sont, de facto, justes, harmonieux et cohérents. Cohérents avec le lieu, ses ambiances, ses énergies, sa vocation, son orientation, la course du soleil, son environnement naturel, mais aussi cohérents avec l’essence même de l’Homme dont ils sont l’instrument d’épanouissement et de communication avec l’Universel.

Il s’ensuit qu’une architecture est organique non pas tant par la formalisation elle même que par le processus de création où l’expérimentateur – en l’occurrence le couple architecte/habitant – s’inclut.

Nous ne sommes pas dans le cadre d’une expérience « scientifique » et celle-ci n’est pas reproductible. Bien au delà de la simple recette de certains manipulateurs de Feng Shui occidentaux,

la démarche organique touche à une réalité dans laquelle nous sommes baignés et qu’elle nous invite à révéler.

De nombreux architectes organiciens ont développé par le travail de la géométrie, géométrie sensible du Vivant ou géométrie plus rigide des réseaux cristallins, des espaces qui ne sont pas sans évoquer des êtres minéraux, végétaux ou animaux.

Bart Prince Architect

Mais les Formes ne sont elles pas simplement que l’aspect visible des Forces qui les sous-tendent ?

Frank lloyd Wright

La notion d’Architecture Organique a été initiée par l’architecte américain Louis Sullivan dans les années 1880/1890.

C‘est son disciple le plus doué, Frank Lloyd Wright, qui incarnera véritablement la notion d’organicité à travers une œuvre immense où chaque projet est une ode à l’Espace et à la Nature.

Parmi les plus fameux, citons « Fallingwater » (la maison sur la cascade) – le Guggenheim Museum de New York – le Marine County Center – les Usonian houses etc…

L’horizontale et la verticale peuvent maintenant être

mis au travail comme une unité – Frank Lloyd Wright

Wright est le grand précurseur, le créateur génial qui a jeté pour très longtemps les bases d’une architecture réellement humaine et nouvelle en replaçant l’homme au centre de l’espace en relation avec l’univers. L’influence de Wright ne fait que commencer à s’étendre, et dans une époque où l’homme prend conscience in extremis du danger mortel à construire des tours de Babel et se couper de la Nature, l’esprit organique trouve sa source au plus profond de l’inconscient collectif.

Les « Usonian Houses »

Avec les Usonian houses, Wright, l’Irlandais, le pionnier, le fils des druides qui ont recouvert l’Europe d’un blanc manteau de pierres et bâti nos cathédrales, réalisait les premières maisons organiques, maisons de rêve pour tous les Américains, faites de bois ( le fameux Western Red Cedar), de brique, de pierre et de verre où l’espace était continu, lumineux, mystique, les toitures douces se prolongeant à l’infini pour mieux ancrer la maison dans le site, pour mieux lui appartenir et communier avec l’horizon.

Elles répondent déjà architecturalement à ce que nous pouvons attendre aujourd’hui d’une maison « bio ».

Les Usonian Houses marquent un stade capital dans l’architecture moderne et dans la problématique qui nous occupe aujourd’hui :  Simplicité de construction, matériaux simples et naturels, par conséquent relativement économiques compte tenu de l’importance de ces maisons, de vastes séjours où préside toujours une cheminée à l’échelle du volume, largement vitrées au sud, elles répondent déjà architecturalement à ce que nous pouvons attendre aujourd’hui d’une maison « bio ».

Mais une maison dessinée par Frank Lloyd Wright est avant tout organique : elle est très exactement implantée sur le site, se développe selon une géométrie extrêmement précise et géniale où la structure et l’Espace du site et de la construction sont organiquement interdépendants. Wright a résidé au Japon une dizaine d’années. Il y construisit notamment l’Imperial Hotel – aujourd’hui hélas disparu. Ce séjour en orient fut déterminant dans l’affinement des principes de l’architecture organique que Wright portait déjà en soi : Continuité, Fluidité, Mouvement.

L’Espace est Un, Continu et Fluide

L’Espace relie tout : il est le lien entre nos atomes les plus fins et les galaxies les plus éloignées. Torrent devenant rivière, puis fleuve, l’Espace est un fluide. Plus encore, une Energie qui a sa source , sa direction, son sens son intensité et sa matérialité.

Ainsi l’Architecture Organique relie l’homme à l’Univers à travers toutes ses dimensions. Le premier des principes organiques est de respecter l’unité de l’Espace.

L’Espace organique est continu et fluide et s’oppose ainsi au compartimentage de l’espace en «boîtes» et «sous-boîtes» coupées du monde extérieur.

Dans la conception organique, le bâtiment vit en interrelation avec son milieu, le site. C’est un organisme réel, incarnant une fonction vitale, un principe de la Nature au même titre qu’un minéral, une plante ou un animal sont les «signatures» des forces de la Nature. L’intégration au site véritable apparaît ainsi comme une exaltation des forces naturelles , et non comme un simple «camouflage». Cette conception unitaire de l’univers est intimement liée à un respect profond pour la Nature. Un bâtiment organique est naturellement intégré au paysage : En osmose avec le site, il doit l’exalter et permettre à l’être humain d’éprouver et de participer aux joies et à l’émerveillement des beautés de la Nature, de vivre en harmonie avec elle.

La Charte de Gaïa

  • « Laissons l’architecture :

    • être inspirée par la nature et être durable, bonne pour la santé, protectrice et diverse.

    • dépliée, comme un organisme se déplierait depuis l’intérieur d’une graine.

    • exister à l’instant présent et renaissant toujours et encore.

    • suivre le mouvement et rester flexible et adaptable.

    • satisfaire des besoins sociaux, physiques et spirituels.

    • se développer à partir du site et être unique.

    • célébrer l’esprit de la jeunesse, du jeu et de la surprise.

    • exprimer le rythme de la musique et la puissance de la danse. »

Du Feng- Shui…

Faisant le lien lien entre les énergies terrestres et célestes qu’elle a pour raison d’être d’harmoniser, la conception organique reste très proche du Feng-Shui dont on peut dire qu’elle en est une approche sensible basée sur l’Analogie, approche que l’on retrouve dans le Feng-Shui des « animaux symboliques » qui en est la véritable origine, ceux-ci étant en rapport direct avec nos spatialités corporelles. Il s’agit là d’une véritable acupuncture du site, basée sur la connaissance des courants d’énergie cosmiques et telluriques circulant analogiquement dans l’ensemble des êtres de la Nature: Le cosmos, la planète Terre, le Site, l’Homme, les végétaux, les animaux, les végétaux ou les minéraux. Toute autre approche du Feng Shui pour un occidental peu ou mal formé à l’immensité des connaissances exigées ne serait par ailleurs qu’un ensemble de recettes mal digérées. Rappelons que le Feng Shui est à l’origine la science sacrée réservée aux grands prêtres et à l’Empereur par laquelle étaient implantés les palais impériaux et les tombes dans les sites. Par la suite furent introduits les hexagrammes  et la boussole géomantiques, système complexe nécessitant des connaissances élevées et notamment entre autres la maîtrise parfaite de l’Astronomie, de l’Astrologie, du Yi King, du Cosmo-Tellurisme, arts et science transmises de Maître à disciple et bien évidemment incommunicables au plus grand nombre. Il est par suite évident que toute approche fantaisiste, basée sur un livre de recettes, et amputée de l’ensemble des connaissances et de la pratique nécessaires risque tout simplement d’aboutir à l’effet inverse à celui recherché.

De la géobiologie …

Dans le travail de recherche mené par Art-Trait-Design, la conscience, et par conséquent, la connaissance des réseaux telluriques et des phénomènes « d’Ondes de Formes » ou, plus précisément, des « Émissions Induites par les Formes », prolongent tout naturellement l’approche purement organique par l’éclairage de la Géobiologie. Mal implantée, mal conçue, mal harmonisée, une maison peut rendre malade, de par sa localisation (failles, cours d’eau souterrains, etc ), le passé du lieu (drames, guerres, meurtres, etc ), sa structure (cage de Faraday coupant les énergies cosmiques et laissant dominer les énergies telluriques sources de déréglement cellulaire), son architecture (boîtes fermées isolées et reliées entre elles et le site par des « trous » dans les murs, etc… Inversement, implantée à l’endroit juste, dynamisée dans le flux des énergies du lieu, compensant par la géomètrie et les matériaux les aspects moins favorables, une maison peut être source de quiétude, de joie et de bienfaits , permettant ainsi aux êtres qu’elle abrite une émancipation physique, émotionnelle, intellectuelle et spirituelle.

Des maisons bio…

Dans le même esprit, le choix et la connaissance des matériaux sont essentiels : La maison organique est constituée en majorité de matériaux les plus naturels possibles utilisés en structure ou en parement: Bois, pierre, terre cuite, verre … Dans ce sens le choix de structures mixtes n’est pas innocent: il s’agit principalement de lier le bon sens en matière d’économie d’énergie à celui de l’habitat sain: des murs sains de maçonnerie au nord et en rez de chaussée alliés à une structure bois au sud et en étage de manière à donner de l’inertie thermique et éviter la cage de Faraday tout en allant dans le bon sens économiquement.

Une architecture bioclimatique…

Logiquement orientée sur le site, la maison organique est par essence même bioclimatique : Ouverte au Sud, se réchauffant naturellement au soleil hivernal bas  sur l’horizon, des toitures et pergolas protectrices du soleil d’été , faite de matériaux de construction performants comme le bois, ossature ou massif, ayant de l’inertie thermique avec le béton cellulaire, la brique Monomur, la lave, utilisant des menuiseries bois ou aluminium à rupture de pont thermique, des vitrages peu émissifs, des isolants comme la fibre de bois, utilisant les énergies renouvelables, la maison organique est issue du simple bon sens aujourd’hui relativement pratiqué. Sa plus value réside comme on l’aura compris dans son « secret de fabrication » lui même, c’est à dire dans la démarche elle même et sa naissance dans le « creuset » du Site , lieu de convergence et de transmutation de l’ensemble des forces en présence d’ou émergera bientôt un nouveau Monde, un nouvel être , alliance des énergies supérieurs et inférieures, une Architecture.